Une chanson intéressante de Pierre Perret :

femme emprisonnée femme libérée

Extrait : Jusqu’aux pieds sa burqa austère, est garante de sa décence, elle prévient la concupiscence, des hommes auxquels elle pourrait plaire. Un regard jugé impudique serait mortel pour la captive. Elle pourrait finir brûlée vive, lapidée en place publique.

Vous pouvez l’écouter ici :
Chanson de pierre Perret : Femme Grillagée ou le voir c’est ici : video femme grillagée

le problème, à mes yeux, est “l’objetisation” (femme siliconée comme femme grillagée = same same), l’uniformisation et la dépersonnalisation.